• 2017 - Voeux de l'Autre Gauche - Brest Nouvelle Citoyenneté

    31 janvier 2017

    2017 Voeux de l'Autre Gauche - Brest Nouvelle Citoyenneté

    « Cher.e.s ami.e.s,

     

    Tout d’abord, laissez-moi vous remercier d’avoir répondu à notre invitation. Je remercie également nos ami.e.s du Patronage Laïque du Pilier Rouge pour leur accueil. J’ai le plaisir de vous présenter, au nom des élu.e.s et des militant.e.s de l’Autre Gauche-BNC nos meilleurs vœux.

    Vœux de fraternité, vœux d’espoir, vœux de réussite pour chacun de vous et pour vos proches.

    Nous sortons d’une année douloureuse : attentats de Nice, de St Etienne du Rouvray, de Berlin, d’Istanbul et d’autres encore… le chaos en Syrie, la destruction d’Alep, les peuples qui fuient la guerre. Nous assistons à la montée de l’extrême droite en France, en Europe, mais aussi dans le monde, où le rejet de l’autre devient une fabrique politique. Nous faisons aussi face à une droite très dure, réactionnaire et toujours plus libérale, incarnée – pour l’instant – par François Fillon.

     

    Cette année 2017 sera marquée par deux élections majeures pour notre pays. La période est difficile, mais les valeurs que nous défendons, de justice, de progrès social, de transition écologique, s’imposent de plus en plus fort dans les débats. Nous ne pouvons que nous en réjouir.

    Les attentes sont fortes. Le creusement toujours plus important des inégalités est inadmissible, dans un pays riche comme la France. La dette, que nous considérons pour une part illégitime, est utilisée aujourd’hui pour justifier des politiques d’austérité. Alors qu’en réalité, en 2016, les dividendes ont explosé : 46 milliards pour les seules entreprises du CAC40 !

    Il y a presque un an jour pour jour, nous faisions référence à l’étude de l’ONG Oxfam, selon laquelle les 62 personnes les plus riches du monde possédaient autant que les 3.6 milliards les plus pauvres. La même étude reproduite sur 2016 fait état de 8 fortunes personnelles qui représentent autant que les possessions de ces mêmes 3.6 milliards de personnes ! 8 hommes qui détiennent autant que la quasi moitié de la population mondiale ! Comment peut-on en arriver là ?

    Ce système qui crée des richesses inconcevables et des inégalités dans des proportions inimaginables, détruit bien sûr la planète, menaçant nos vies et celles des générations futures.

     

    Les préoccupations populaires à gauche se cristallisent donc autour de ces deux axes de transformation sociale et de transformation écologique. L’enjeu est de taille !

    Aussi, au-delà des appareils, des égos et des tactiques, et comme la grande majorité des électeur-trice-s, nous souhaitons une véritable alternative à gauche.

    Sortons de ce débat convenu sur la cure d’amaigrissement des finances publiques. De l’argent consacré au bien commun, il en manque beaucoup ! Dans nos écoles, dans nos hôpitaux, pour la justice, pour notre protection sociale, pour la transition écologique, etc, etc. et pour les politiques de proximité de nos territoires. L’obsession politico-médiatique tourne autour de la fameuse dette quand elle devrait tourner autour de la redistribution des richesses.

    Les résultats de la primaire d’hier soir sont éclairants sur ce point. Les participant.e.s ont choisi majoritairement de ramener le curseur à gauche en choisissant Benoît Hamon. C’est aussi un désaveu cinglant de la politique gouvernementale incarnée par Manuel Valls. Le quinquennat de François Hollande a fracturé l’ensemble de la gauche.

    Le projet défendu par Benoît Hamon a un certain nombre de points de convergence avec les lignes programmatiques de la France insoumise et d’Europe Écologie Les Verts. Dans ce contexte, les électeur-trice-s de gauche sont en droit d’attendre non seulement un débat de qualité, mais aussi un dialogue, permettant l’émergence de propositions communes.

     

    Concernant notre Ville de Brest et sa métropole, nous sommes rassemblé.e.s autour d’un contrat municipal avec nos différences : socialistes, écologistes, communistes et régionalistes. Au regard d’autres territoires, c’est une chance.

    Bien sûr, nous vivons des moments difficiles, liés à un contexte budgétaire tendu. Cela est le résultat de l’absence de trajectoire financière. De plus, la pression imposée au nom du « redressement des comptes publics », entraîne des baisses de dotations d’Etat très conséquentes.

    Préservons notre méthode de travail, elle doit être collective et transparente.

    Nous saluons la récente décision du maire de sanctuariser les subventions aux équipements de quartiers. Nous le répétons, nous souhaitons voir cet engagement étendu à l’ensemble du secteur associatif.

    L’échelle d’une ville comme Brest et de sa métropole, avec sa géographie et sa richesse associative, permet plus qu’ailleurs de consolider nos politiques publiques, avec une vision optimiste, et une volonté d’innover.

     

    Voici cher.e.s ami.e.s ce que nous souhaitions partager avec vous. Nous vous remercions de votre présence ce soir, de votre sympathie, de votre engagement tout au long de l’année, de votre amitié. Et nous vous souhaitons encore une très bonne année à toutes et à tous.

    Ici c’est Brest, et comme vous tous, on lâche rien ! »

     

     Le 30 janvier 2017,

    Patrick APPÉRÉ, pour l’Autre Gauche-Brest Nouvelle Citoyenneté


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :