• 15 mars 2018

    Après l'annonce par la presse locale le 14 mars que le bateau océanographique ‘Le Pourquoi Pas ?’, basé à Brest, s’apprête à partir en maintenance technique à Santander en Espagne, au détriment de la réparation navale brestoise, l'Autre Gauche-Brest Nouvelle Citoyenneté a tenu à réagir par la voie d'un communiqué de presse.

     

    Communiqué de presse sur le ‘Pourquoi pas ?’ en partance vers Santander pour sa maintenance technique

    Alors que le bateau de recherche océanographique ‘Le Pourquoi pas ?’ a Brest pour port d’attache, et qu’il est grandement financé par les contribuables français.es, c’est pourtant à Santander en Espagne qu’il fera escale pour 3 semaines de maintenance technique. Il y a trois ans c’était à Gdansk en Pologne.

    Bien sûr, ce n’est pas comme si à Brest nous n’avions pas des infrastructures performantes avec un des ports les mieux équipés de France et d’Europe, ni même des entreprises telles que Damen et Navtis implantées localement, ni même des compétences locales et des savoir-faire reconnus en matière de réparation navale…

    C’est donc une filiale d’Ifremer qui fait ce choix, alors que Brest s’apprête justement à accueillir le siège d’Ifremer, là encore avec des investissements publics locaux. On marche clairement sur la tête ! Aller toujours vers le moins disant social, c’est condamner notre industrie et notre développement local, alors que celui-ci nécessite justement la solidarité de l’ensemble de ses acteurs-trices. Rappelons que les plans de charge pour l’industrie navale brestoise restent très fragiles et ne permettent pas encore une visibilité durable et viable.

    C’est pourquoi, élu.e.s et militant.e.s de l’Autre Gauche-Brest Nouvelle Citoyenneté, nous condamnons fermement cette décision.

     

    Patrick Appéré, pour l’Autre Gauche-Brest Nouvelle Citoyenneté et ses élu.e.s, Karine Bernollin-Appéré, Roselyne Filipe, Charles Kermarec, Yvette Le Guen

     

     

    Maintenance du navire "Le Pourquoi Pas ?" à Santander - Réaction de l'Autre Gauche-BNC


    votre commentaire
  • 02 février 2018

    Nouvelle parution du Journal militant de l'Autre Gauche-Brest Nouvelle Citoyenneté !

    - Edito politique de Patrick Appéré : En 2018, ouvrons le débat !

    - Taxe d'habitation : les dangers cachés de la réforme

    - Associations : plan de licenciement massif ! par Thierry Abaléa

    - Rythmes scolaires, ça bouge... encore et toujours ! par Allain Jouis

    - Traon Bihan : Communiqué des élu.e.s d'EELV-Brest et de l'Autre Gauche-BNC du 20 janvier 2018

    - Lu pour vous ! "Panique dans le 16e !"

     

     


    votre commentaire
  • 30 janvier 2018

    2018 - Voeux de l'Autre Gauche - Brest Nouvelle Citoyenneté

     

    "Chers ami.e.s,

    Merci d’être parmi nous ce soir et d’avoir répondu présent.e.s à notre invitation.

    Au nom des élu.e.s, et des militants et militantes de l’Autre Gauche-BNC, j’ai le plaisir de vous présenter nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2018.

    Vœux de fraternité, vœux d’espoir, vœux de réussite pour chacun et chacune d’entre vous et pour vos proches.

    Les mois de janvier oscillent toujours entre bilan de l’année écoulée, bonne résolutions, et perspectives pour les mois à venir.

    Du point de vue politique, force est de constater que l’année 2017 a été très rude pour les valeurs de justice, de progrès social, de transition écologique et pour la gauche en général.

    L’élection de Macron à la présidence a renversé le jeu politique tel qu’il était construit jusqu’à présent. Elle a aussi fait tourner la tête de beaucoup de girouettes et fait naître de nombreux coucous, vous savez, ces oiseaux qui font leur nid dans celui des autres…

    Et vous le savez aussi, quand on est « ni de droite, ni de gauche », c’est qu’on est de droite ! D’ailleurs, regardons cela de plus près : ni Chirac de son temps, ni même Sarkozy n’ont osé aller si loin.

    Le projet libéral de Macron est clair : aggravation de l’austérité, choix de gouverner par ordonnances, casse des droits sociaux, de la démocratie sociale, du code du travail, démantèlement des services publics, facilitation des licenciements, remise en cause des libertés fondamentales, etc., etc. Cette ligne politique trouve sa source idéologique dans le monde de la finance et dans nombre de revendications du MEDEF…

    Le quinquennat de François Hollande avait fracturé l’ensemble de la gauche, Emmanuel Macron tente de l’enterrer… Mais si l’on peut éventuellement enterrer un parti, on n’enterre pas un courant de pensée, qui se veut humaniste, écologiste, démocratique et qui insuffle une très large part des préoccupations citoyennes.

    La gauche est plurielle et le restera. La défaite des uns et la réussite relative des autres n’y changera rien. L’heure est à la reconstruction et c’est tant mieux ! La clarification politique est de mise pour repositionner le curseur à sa juste place.

    L’enjeu n’est pas la sauvegarde des cadres et des appareils. L’Autre Gauche-BNC s’est d’ailleurs toujours tenue à distance de cela. L’enjeu c’est le travail unitaire et pluriel, pour redonner sens et force aux fondements de la gauche. Les perspectives réelles sont à construire à partir des besoins des populations, des territoires et des urgences environnementales.

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique