• Conseil de Brest Métropole du 30 mars - Budget primitif 2018 et Vœu Crédit mutuel Arkéa

    04 avril 2018

    Le Conseil de Brest métropole du 30 mars portait avant tout sur le vote du Budget primitif (BP) 2018.

    L'occasion pour les élu.e.s de l'Autre Gauche-BNC de rappeler leur vision sur les finances locales, avec la présentation d'un budget 2018 plutôt sain et équilibré, mais aussi sur la politique gouvernementale actuelle vis-à-vis des collectivités territoriales.

    Roselyne FILIPE, vice-présidente à Brest métropole s'est exprimée en leur nom.

    Pour plus d'infos sur le budget 2018 de Brest métropole et la répartition des dépenses, un document de présentation est téléchargeable sur Brest.fr en cliquant ici.

     

    A la fin de la séance, un vœu de soutien au projet d'indépendance du groupe Arkéa au sein du Crédit Mutuel a été proposé par les élu.e.s socialistes, les élu.e.s du GICA (Groupement Intercommunal des Communes Associées), les élu.e.s du groupe Rassemblement pour Brest et du groupe Brest Nouvelle Alternative. Il est consultable ici

    Rappelons qu'un vœu de soutien pour que le groupe Arkéa reste autonome au sein de la Confédération du Crédit mutuel a déjà été voté et adopté en janvier 2016 au Conseil municipal de Brest. Il s’agissait alors de rappeler l’importance de l’implantation de centres de décision  sur notre territoire et la solidarité des élu.e.s locaux vis-à-vis des salarié.e.s d’Arkéa.

    Cette fois-ci le vœu présenté au Conseil de Brest Métropole du 30 mars 2018, s’inscrit dans une démarche que le groupe de l’Autre Gauche-BNC considère complètement différente.

    Il s'agit désormais de soutenir une stratégie d’entreprise de la direction d’Arkéa et sa volonté d’indépendance. La volonté donc de sortir de la confédération mutualiste. Avec non seulement un vide juridique, puisque qu’il n’existe aucun précédent de ce genre, mais aussi sans précision de la direction sur les modalités de sa sortie, ni même sur sa faisabilité.

    Ce projet de la direction pose donc question, notamment sur l’avenir des 331 caisses locales, et sur la possibilité pour le groupe de rester mutualiste en proclamant son indépendance. En effet pour la reconnaissance du statut mutualiste, la loi oblige le rattachement à un organe central. Pour les élu.e.s de L’Autre Gauche-BNC cette stratégie est très risquée.

    Le positionnement des salarié.e.s et des syndicats sur cette stratégie reste flou actuellement, ou contradictoire. D’autant plus que le projet de manifestation à Paris au Ministère des finances et de l’économie, serait directement organisé par la direction, la journée de manifestation payée et les frais de déplacement assurés… A se demander si les salarié.e.s d’Arkéa ne seraient pas même sommé.e.s par la direction d’y participer ? Ce qui serait pour le moins de très mauvais goût…

    De plus les élu.e.s de l'Autre Gauche-BNC considèrent que le Conseil de Brest métropole, organe politique, n’a pas à prendre parti vis-à-vis de cette stratégie d’entreprise, et ont donc décidé de ne pas prendre part au vote, tout comme leurs collègues élu.e.s PCF et EELV.

    Le vœu a été adopté à l’unanimité des votant.e.s.

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :