• Conseil municipal du 12 octobre 2017 - Suppression des contrats aidés

    16 octobre 2017

    Le Collectif des Associations du Pays de Brest est intervenu en amont du démarrage du Conseil municipal. Il a ainsi pu rappeler la brutalité de la décision gouvernementale qui supprime sans préavis 120 000 emplois en cette rentrée et fragilise et menace très durement l’ensemble du secteur associatif. L'enjeu est capital. Fin 2018, ce sont 260 000 emplois qui seront supprimés !

    A cette occasion, retrouvez ci-dessous l'appel du Collectif qui a pu être présenté à l'ensemble de l'assemblée. Il est par signé à ce jour par 72 associations, 9 organisations politiques ou syndicales et 322 citoyen.ne.s.

    Conseil municipal du 12 octobre 2017 - Suppression des contrats aidés

    Plus d'infos sur le site du Maquis : APPEL DU COLLECTIF DES ASSOCIATIONS DU PAYS DE BREST ET SIGNATURE

    http://www.maquis.infini.fr/?q=node/42#overlay-context=

     

    Un vœu a également été présenté par la majorité brestoise contre cette suppression. Il a été adopté à l’unanimité. Le voici ci-dessous.

     

    Rappelons quelques éléments sur les contrats aidés :

    459 000 en 2016               > 310 000 en 2017            > 200 000 en 2018      Soit la suppression de 260 000 emplois !

    En Finistère :     7 000 contrats aidés environ     /     2 000 personnes concernées directement par la décision d’août

    Le secteur associatif finistérien c’est :     18 000 associations / 180 000 bénévoles / 11.6% des salariés du privé dans le Finistère

    Dans le Pays de Brest :        800 emplois en contrats aidés environ 

    • Le coût annuel d’un contrat aidé :                      Entre 7 000 et 11 000 €
    • Le coût annuel d’un emploi créé grâce au CICE : Entre 143 000 et 285 000 €

    Selon la DARES, (statistiques ministère du travail), en 2015, les 60 000 contrats aidés supplémentaires ont permis une création nette d’environ 21 000 emplois

    C’est un plan social d’une violence sans nom !

    Car, même si la précarité de ces contrats et le taux de recours à ces dispositifs doivent faire l’objet d’un débat de fond, leur utilité sociale est incontestable ! Quand il ne s’agit pas d’une mission de service public ! Et déjà précaires, il est scandaleux de traiter ces salariés comme des employés jetables et de les exclure encore davantage du monde du travail. 7000 salariés en contrat aidés dans le Finistère, et déjà 2000 menacées immédiatement après cette décision.

    Cette décision illustre aussi l’offensive libérale qui menace le secteur associatif dans son ensemble. Jugées seulement à travers le prisme de la rentabilité, on nie leur importance en termes de lien et d’innovation sociale et culturelle. Sans compter leur rôle d’amortisseur économique social sur beaucoup de missions que les pouvoirs publics ne sauraient remplir seuls…

    C’est le coup de grâce pour beaucoup de structures ! Déjà fragiles, les associations sont dépendantes de ce type de contrats faute de financement pérenne, et auront du mal à maintenir leur activité.

    Leur poids économique est pourtant considérable dans notre territoire : 18 000 associations recensées dans le Finistère, qui représentent 11.6 % des salariés du privé !

    Il y a un là un risque concret de destruction du tissu culturel et social.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :