• L'histoire de l'Autre Gauche - Brest Nouvelle Citoyenneté

    « Nous sommes un mouvement politique créé à Brest à la fin des années 80, nous avons toujours été guidés par la volonté de travailler avant tout au service des populations les plus fragiles. Notre objectif est de participer à l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens, tout en les replaçant le plus possible au cœur de l’acte démocratique. Notre mouvement a contribué, notamment à travers l’implication de ses élus, à défendre des valeurs de gauche, celles qui concourent à la transformation sociale et écologique de notre société. Plus largement, nous nous reconnaissons pleinement dans la logique du « Front de Gauche » et de son programme « L’Humain d’abord ».

    Notre mouvement a pour principal objectif de défendre les valeurs de gauche et de transformation écologique et sociale, par notre implication en tant qu’élus de Brest et de son Pays. Plus largement, nous nous situons pleinement dans la logique du Front de Gauche et de son programme « L’HUMAIN D’ABORD » pour :

    > construire une autre Europe en s’affranchissant du traité de Lisbonne,

    > partager les richesses et abolir l’insécurité sociale,

    > une plus grande justice sociale et pour l’égalité,

    > la planification écologique,

    > une grande réforme fiscale, juste et solidaire

    > reprendre le pouvoir aux banques et aux marchés financiers, et ainsi réorienter les finances pour les placer au service de l’intérêt général

    > replacer le citoyen au cœur de l’acte démocratique et la constitution d’une VIème République,

    > l’émancipation humaine, dans les domaines de l’éducation, de la culture et de la citoyenneté en général.

     

    Un bilan local positif

     Notre participation depuis plus de 20 ans à ces mandats municipaux et communautaires, dans un contexte politique national et européen complexe, est positive. Le bilan résulte d’un travail d’équipe. Nous y avons contribué à notre niveau d’élus par notre implication, notre présence, nos interventions lors des conseils, toujours guidés par une volonté de travailler avant tout au service des populations, notamment des plus fragiles. Nous apportons aussi une attention particulière aux observations et aux contributions des citoyens, qui ont souvent permis d’améliorer les propositions politiques.

    Parmi les dossiers phares que nous avons soutenus, nous pouvons citer les grands projets ayant valorisé notre ville :

    - La mise en service du tram, qui au-delà d’être une belle réussite développant le       rayonnement de notre ville, a transformé et ravivé le cœur de notre cité d’un point de vue urbanistique et écologique ;

    - La gestion de l’eau, redevenue publique grâce à la création de la Société Publique Locale « Eau du Ponant ». A présent, nous plaidons avec force l’instauration d’une tarification sociale ;

    - Concernant la sécurité, nous avons soutenu et défendu l’idée de ne pas créer une police municipale. Seules Brest et Le Mans parmi les villes de plus de 100 000 habitants y ont résisté et démontré l’efficience de ce choix. Cette compétence doit rester une compétence régalienne, c’est à l’Etat que revient cette responsabilité comme la Défense, la Justice. Ce ne sont pas les contribuables locaux qui doivent payer ;

    - La démocratie locale fonctionne avec ses Conseils Consultatifs de Quartiers et l’implication importante des habitants dans la vie associative, très dense sur le Pays de Brest. Un pas important a été franchi, et cela peut encore être amélioré ;

    - La politique petite enfance et la création de crèches municipales, à l’heure où beaucoup de municipalités laissent volontiers cela au secteur privé et où le niveau de vie des ménages à directement à voir avec la question de la garde des enfants ;

    - La restauration municipale collective, où la part de produits biologiques dans les 5500 repas servis quotidiennement a franchi le seuil des 23. Le nouveau contrat signé pour 2012-2017 devrait porter ce volume à 30 %, grâce notamment à une convention signée en juin 2013 avec la Maison de l’agriculture biologique du Finistère. Là aussi des améliorations peuvent encore être apportées notamment au niveau de la gestion du service ;

    - La billetterie sociale, permettant aux familles à faibles revenus l’accès aux spectacles et évènements culturels et sportifs ;

    - La politique éducative locale et la place du secteur associatif, même si nous pensons que l’on peut faire beaucoup mieux et de manière moins contraignante dans les délégations de mission d’intérêt général.

     

    La réactivation de l’Autre Gauche du Pays de Brest

    Issus du mouvement « L’Autre Gauche Brest Nouvelle Citoyenneté » créé à la fin des années 80, nous avons décidé en 2011 de rallier le Parti de Gauche, et avons participé avec de nombreux militants aux belles campagnes du Front de Gauche pour la Présidentielle et les législatives de 2012.

    A l’été 2013, certains d’entre nous ont pris la difficile décision de quitter ce parti pour des raisons de divergences stratégiques.

    Si nous partageons les orientations politiques du Front de Gauche, nous considérons que la stratégie choisie par le Parti de Gauche pour les municipales 2014 n’était pas satisfaisante. Au plan national, le Parti de Gauche avait lors de son congrès proposé aux militants une ligne stratégique visant la mise en place de listes autonomes du Parti Socialiste dans toutes les villes de plus de 20 000 habitants. Or ces stratégies, nationale et locale, ne nous semblent pas du tout adaptées au contexte de Brest et son Pays.

    En effet, il nous semble important de prendre en compte l’enjeu local avec les spécificités propres à chaque territoire. Les bilans des équipes sortantes, les rapports de forces, les précédents résultats électoraux et les puissances militantes doivent être analysées. Enfin et surtout n’éludons pas les contraintes locales, différentes suivant le nombre et la nature des listes en présence tant à gauche qu’à droite et sans sous-estimer la présence, hélas, de l’extrême droite.

    Sans ce rassemblement à Brest et au vu des résultats du 2nd tour, il y a fort à parier que nous aurions sans doute assisté à un changement de majorité. 

    A chaque élection en effet, notre souci premier reste de battre la droite, et surtout de faire barrage à l’extrême droite. Nous n’avons pas d’ennemis à gauche, et nous avons toujours su privilégier dans notre engagement, une implication active dans des responsabilités locales, à la contestation trop souvent passive.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :