• 10 octobre 2017

    Ci-dessous les propos de Karine BERNOLLIN-APPERE, au nom du groupe de l'Autre Gauche-BNC, au sujet des évolutions tarifaires d'Océanopolis pour l'année 2018.

    Roselyne FILIPE est également intervenue suite à la présentation du rapport annuel 2016 sur le prix et la qualité des services de l'eau. Cette intervention portait spécifiquement sur le montant du financement des programmes de coopération internationale pour l'accès à l'eau potable dans le monde.

    Enfin, un vœu présenté par les groupes de la majorité métropolitaine, contre les conséquences du plan logement et la baisse des APL dans le parc social.

    Il a été adopté en fin de séance (aucun vote contre, abstentions de Pierre Karleskind (référent "La République En Marche!" du Finistère) et du groupe de la droite brestoise "Rassemblement Pour Brest".

     


    votre commentaire
  • 04 juillet 2017

    Vous retrouverez ci-dessous l'intervention de Patrick APPERE au nom de l'Autre Gauche-Brest Nouvelle Citoyenneté concernant l'approbation du Compte Rendu Annuel à la Collectivité (CRAC) présenté par Brest Métropole Aménagement (BMA) au 31 décembre 2016 (délibération 25). L'extension de la ZAC du Vern est en lien direct avec l'activité de la Ferme de Traon Bihan. 

    "Monsieur le Président, cher.e.s collègues,

    Nous interviendrons rapidement pour soutenir notamment ce qui vient d’être dit par les élu.e.s Europe Écologie Les Verts sur la Ferme Traon Bihan et sa pérennité.
    En l’absence de solution concertée pour le moment, nous voterons contre cette délibération compte tenu que la mise en route de l’extension de l’urbanisation de la ZAC du Vern peut menacer irrémédiablement l’activité de la ferme."

     -----------------------------------------

    Elle fait suite à celle de Nathalie CHALINE, élue EELV, lisible ci-dessous et consultable également ici.

    "Monsieur Le Président, Chers collègues,

    Les prairies du Vern ont reçu de nombreux prix pour la qualité de leur biodiversité. Depuis de nombreuses années la ferme de Traon Bian et la collectivité entretiennent des relations fructueuses. Cette relation de confiance exemplaire à plus d’un titre ne peut être balayé d’un revers de la main.
    La ferme de Traon Bihan et le collectif de soutien comprennent parfaitement les enjeux d’urbanisme liés au projet de la fontaine margot mais la question qui nous est posée est celle de la pérennité économique de cette ferme. Nous nous permettons de renouveler notre demande de maintenir cette ferme bio au sein de notre territoire.
    Sa pérennité, son maintien doivent être envisagées, comme une plus-value pour le projet d'éco-quartier de la fontaine margot et non comme un problème. Nous pouvons sur le territoire de notre collectivité avoir une ferme bio avec son éco quartier. Ce qui serait quasi unique en France.
    Nous demandons donc un moratoire sur les travaux concernant la ZAC du vern en attendant qu’aboutissent les négociations, parce qu’il serait en plus paradoxal qu’une entreprise locale voie sa pérennité menacée par un aménagement à vocation économique.

    C’est pourquoi, nous voterons contre."


    Elu.e.s EELV de la métropole : Nathalie Chaline, Yann Fanch Kerneis et Ronan Pichon
    Elu.e.s BNC de la métropole : Patrick Appere, Karine Bernollin-Appere, Roselyne Filipe et Charles Kermarec

     

    Karine BERNOLLIN-APPERE est également intervenue à l'occasion de la délibération 35 sur la ZAC multisites du Technopôle Brest Iroise, pour rappeler l'importance de l'enjeu de l'accès des  5000 travailleurs/euses et des étudiant.e.s et qui n'en est qu'au stade d'étude à ce jour.

     


    votre commentaire
  • 03 juillet 2017

    Vous retrouverez ci-dessous l'intervention de Charles KERMAREC au nom de l'Autre Gauche-Brest Nouvelle Citoyenneté sur l'approbation des projets de conventions 2017-2021 concernant la mise en œuvre de la prise en charge par la Ville de Brest des dépenses des écoles privées sous contrat d’association avec l’Etat (délibération 25).

    Les élu.e.s se sont abstenu.e.s.

    En effet, même si ce nouveau conventionnement a le mérite de clarifier les modalités de financements et les engagements de chacun, il n'en demeure pas moins que le financement des écoles maternelles privées n'est pas obligatoire, et représente plus d'1 million 350 € sur les 3 millions au total.

    Au-delà ce financement non obligatoire pose la question du respect du principe de laïcité.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique